share on:

En 1977, le 1er épisode de Star Wars était lancé au cinéma avec comme titre : « Un nouvel espoir ». En 2015, il semble qu’en matière économique cet espoir ne soit plus si utopique que ça. En effet un nouveau modèle socio-économique se développe dans les pays occidentaux en opposition au capitalisme sauvage. Il s’agit de « l’économie collaborative » ou « sharing economy »: définition et explications ci-dessous.

Tous les ans le secteur du web voit l’émergence de mots à la mode. En 2013 on parlait « d’inbound marketing », en 2014 c’était le « growth hacking » et en 2015 le terme tendance est « l’économie collaborative » ou « sharing economy ». Cependant cette fois, plus qu’une mode il semble que ce concept dépasse le seul cadre du marketing et semble révéler une alternative à nos systèmes économiques capitalistes souvent trop basés sur l’individualisme, la propriété ou la concurrence sauvage entre les individus.

Mais dis donc Jamie* l’économie collaborative, qu’est ce que c’est exactement ?

Pour faire bref, l’économie collaborative représente une nouvelle façon de produire, de créer ou de consommer des richesses (produits ou services) en reposant sur les échanges entre les gens ou les organisations. Ce nouveau modèle socio-économique permis par l’innovation numérique a engendré l’éclosion de nombreuses startups du web telles que Airbnb ou blablacar pour les plus connues.

L’économie collaborative intervient donc dans de nombreux domaines comme le schématise Jérémiah Owyang, un des gourous mondial dans le domaine, avec sa modélisation sous forme de ruche d’abeille.

collaborative-economie-modelisation-honeycomb

On le voit ici : transports, cuisine, voyages, finances,… tous les domaines de la vie de tous les jours sont impactés. On dégage cependant quatre grandes catégories que sont la consommation collaborative (Blablacar, Airbnb, Uber…), la finance participative (le crowdfunding), la production collaborative (souvent dans les milieux artistiques, musique ou vidéo) et l’éducation ou la connaissance collaborative.

La France est le pays en europe qui compte le plus d’entreprises du web liées aux domaines de l’économie collaborative donc la plus célèbre est sans conteste blablacar qui a levé en 2014 près de 100 millions d’euros pour développer son développement international.

Après une période de découverte du phénomène, l’année 2015 devrait être celle du réel essor de l’économie collaborative qui n’est pas prêt de s’arrêter.

En effet, le marché de l’économie collaborative qui compte aujourd’hui environ 15 milliards de dollars pourrait atteindre près de 335 milliards de dollars en 2025, si l’on en croit les prévisions de Jeremiah Owyang à la conférence Le Web 2015.

Je pense personnellement que ces nouveaux modes de vie émergeant ne sont pas le fruit du hasard et qu’il y a un retour aux « vraies valeurs » humaines et de partage entre les gens. Ces valeurs ont été un peu oubliées dans nos sociétés ou on préfère souvent valoriser l’individualisme, la propriété et la compétition entre les gens.
Ce retour à une certaine forme d’humanisme est en train de prendre un réel poids dans l’économie française et dans les pays développés frappés par la crise. Il s’agit peut être d’un des bienfaits de cette crise économique qui sévit dans le monde depuis de nombreuses années. Ne faisant plus confiance à des dirigeants politiques incompétents ou corrompus les populations tendent à se prendre en main en créant une nouvelle voie économique, plus centrée sur l’individu. Une sorte de capitalisme communiste…ou inversement.

 

* Petite dédicace à la génération Y, bercée par l’émission « C’est pas sorcier » ; émission d’utilité publique nous rendant intelligent au bout d’une heure mais amnésique au bout de 24h.

Guilhem

Guilhem

Professionnel du web depuis plus de 15 ans, expert en génération de trafic, SEO/SEA, startups et Growth Hacking, je suis aussi passionné par les voyages, la cuisine, les rencontres et les innovations technologiques permettant de changer le monde.

1 Comment

  1. Un article très instructif. Ce serait bien en effet « que ces nouveaux modes de vie émergeant ne (soient ) pas le fruit du hasard et qu’il y (ait) un retour aux « vraies valeurs » humaines et de partage entre les gens!

Leave a Response